Nos U8 au Mozart Trophy Mise à jour

Des nouvelles de nos ptits champions en Autriche… JOURS 1 et 2

Merci à Lionel pour ces beaux résumés…

Jour 1:  La présentation et trois rencontres au programme

Premiers pas dans le tournoi de Salzbourg sous les hymnes nationaux. Nos petits U8 se tordent le cou… mais non, ils seront les premiers.
La Belgique en premier. Les tout premiers à pénétrer sur le terrain vierge. Ils sont petits, super impressionnés. Sur la butte devant le terrain, il y a des centaines de personnes. La Brabançonne débute, alors ils y vont, la main sur le coeur. C’est mignon à mort, super émouvant, de voir ces 7 petits U8 défiler sous les vivats du public. Ils sont tétanisés. La RUR est la première équipe à monter sur le ring. So proud. 11 pays, la seule équipe belge. 120 cm de moyenne…

Match 1
Premier match. Lucky est content ! Tout le monde est un peu tendu. Les parents et les enfants. Enfin, après deux millions de ventes en tout genre, nous allons jouer notre premier match contre la ville qui nous accueille. Nous, c’est toute l’équipe, les enfants et les parents. Nous, tous…

Salzbourg – Royale Union Rixensartoise. Sur papier, nous avons le plus joli nom. Sur le terrain, ce premier match est juste magnifique. Ils dégomment l’adversaire, se sautent dans les bras à chaque but. 5-1. Mais, l’optimisme aidant, la RUR baisse la garde est à 2 minutes du terme, nous en sommes à 5-4.
C’est tendu, putain, c’est tendu… Au niveau sonore, les parents de la RUR battent toutes les nations. Et là, au bord de la crise cardiaque, il n’y a d’autre choix que de crier, et de crier encore… Et à la fin, la RUR gagne ! Premier match, première victoire! 5 – 4.

Match 2
Deuxième match. Il ne faut pas se voiler la face, l’équipe en face de nous en provenance de Tchécoslovaquie, survole leurs adversaires. On y va comme ça… c’est une expérience. Sauf que, les RUR sont des teignes. Ils se battent comme des malades, rien ne passe. Rien. Sur le bord du terrain, les parents résignés commencent à s’époumoner. On y croit, la vache, on y croit ! Le truc impossible, ils en sont capables ! Ils parviennent même à inquiéter le gardien adverse. Douze minutes, il aura fallu douze minutes pour que l’équipe adverse plante un premier goal. Tom s’étale de tout son long, il ne parvient pas à dévier le goal. Entre parenthèses, nous avons le futur meilleur gardien du monde. Un jour, vous serez d’accord avec nous.Nous sommes une équipe mixte. Notre capitaine est une fille, elle envoie au tapis n’importe quel gars de 1m90. Nos filles sont des tueuses, des jolies tueuses, gentilles dans la vie, classes. Nous sommes la RUR, les filles et les gars ensembles.Mais là, en trois minutes, ils nous en plantent trois. Manque de bol, manque de concentration, manque de physique, manque de quoi ?

Le match s’achève sur un vrai manque. Une équipe adverse était venue spontanément soutenir la RUR en les voyant jouer de loin, ils levaient le pouce pour notre petite équipe de Belgique. Aussi déçus que nous de la fin de match. Les enfants pleurent, c’est le sport… A la fin, il n’y a que le score qui compte. 3-0. OK, match suivant.

« 1 de 2 »

Match 3
Troisième match. Balle au centre pour eux. Dix secondes après, elle termine dans nos filets. Quelques minutes après, c’est 3-0, la RUR perd largement. Impossible de revenir à la marque.Sauf qu’impossible, ce n’est pas belge. Comment expliquer cette énergie, ce truc où à toutes les balles, la RUR est là. Ils sont juste juste juste « Wow ». Le meilleur match de l’équipe. Nous en sommes à 3-2, l’équipe ne lâche rien, rien, rien. Malheureusement, c’est le casse du siècle. Nos joueurs sont des quilles, ils se font scalper, démonter, ils volent dans les airs. Ils se tordent de douleur, ils pleurent, les plus costaud(e)s doivent sortir du terrain tellement ils et elles ont mal. Anna pleure, Max pleure, Florimond se fait exploser devant le goal. Faute, faute, faute. Mais l’arbitre Autrichien est OK, notre adversaire Autrichien aussi. C’est quoi le problème ?

Christophe, notre coach devient dingue. Un autre arbitre officiel à ses côtés, aussi. Faute quoi, svp ! Au moins, une ? Les enfants se tordent de douleur… Et à la fin, on perd. 3-2. Injustement. Et à la fin, comme depuis toujours, c’est l’équipe du siècle. Les enfants, nous sommes tellement fiers de vous, on vous aime. Tous.

« 1 de 2 »

Jour 2: le résumé de la journée

On vous aurait bien expliqué cette deuxième journée en détails, mais disons que même nous, nous n’avons pas très bien compris ce qui nous est arrivés. Alors on balance les photos en vrac, un peu comme la journée, un peu de tout.

Au premier match, l’arbitre annule un goal de Victor parce que bon… c’est comme ça. Il accorde un goal à l’adversaire alors que Tom arrête la balle devant la ligne.

Au deuxième match, l’arbitre nous refuse un goal alors que la balle est très largement dedans.

On vous passe le troisième match où c’est du délire. Christophe demande des explications, redemande des explications, rererereredemande des explications. C’est l’arbitre qui décide, nous sommes bien d’accords. Juste, que ce serait bien qu’ils appliquent les mêmes règles. On devrait être tout devant au classement sans toutes ces histoires de goals annulés et accordés.

Bon, on décide qu’on s’en fout pour ne pas décourager les kids. On mange une frite pour se remonter le moral et les enfants y retournent pour le quatrième match. Et ils gagnent ! Fin de tournoi en liesse, on écrase une larme, on les embrasse. On les aime.

(si vous voyez flotter deux arbitres dans le fleuve, ils n’avaient qu’à apprendre à nager !)